Une passion intacte

directeur

Après 20 ans passés au Tennis Club de Lyon, ma passion pour celui-ci reste la même qu’au premier jour. Ce club a tous les atouts pour que chacun passe de très bons moments sur les courts, dans le club-house restaurant qui sera bientôt rénové et dans la salle gymnastique.

Que votre motivation soit compétitrice ou loisir, que vous ayez 4 ou 85 ans, la petite balle jaune reste le point commun à tous.

Ce club historique qui a vu tant de champions respire le tennis. Issu d’une famille ayant cette culture tennistique, je me régale autant en regardant tous les matins quelques minutes les « Anciens » jouer en double que la jeune génération en quête de nombreuses victoires, le soir, dans notre école de compétition.

Directeur du Tennis Club de Lyon depuis 1994, Jérôme Vanier, ancien sportif de haut niveau, a atteint le rang de septième joueur français (numéro 102 au classement mondial) en 1984. Cette même année, il est demi-finaliste du National (championnat de France individuel). Il fait même sensation, en 1983, en atteignant le second tour du tournoi du Grand Chelem de Flushing Meadows contre Yannick Noah. Diplômé de Southern Methodist University (Etats-Unis) en marketing et désirant rester dans le milieu du sport, il devient, en 1987, le directeur des stages Pierre Barthes au Cap d’Agde sans pour autant mettre de côté la compétition puisqu’il est sacré, en 1992 et 1993, champion de France +35 ans. Poste qu’il occupe jusqu’en 1994 avant de rejoindre le Tennis Club de Lyon en tant que directeur général. Aujourd’hui, en plus de ses missions de management, il attache une importance particulière à la formation des jeunes.

Quelques images de la rencontre entre Yannick Noah et Jérôme Vanier au second tour du tournoi de Flushing Meadows (1983).